Formations

Formations

  1. Formations des animateurs et animatrices volontaires à l’encadrement de séjours
  • Des stages bafa3 « séjours à l’étranger »

Ces formations sont ancrées dans la réalité locale et culturelle du pays. Elles permettent de renforcer des liens de partenariat amis, mais aussi de construire de nouveaux liens avec des associations étrangères. Ces formations ont pour objectif «d’outiller » les futur.e.s encadrant.e.s à accompagner un groupe de jeunes dans la préparation au départ, la réalisation de son séjour et son retour, mais aussi de défendre une conception du voyage, prenant en compte le territoire et les personnes qui y vivent. Cette approche de la rencontre de l’autre passe par des partis pris pédagogiques, comme l’immersion, la sensibilisation à la langue du pays, le travail sur les stéréotypes et les représentations, l’accompagnement dans le déplacement.

  • Le Bafa Juleica, une formation franco-allemande

Dans le croisement entre animation volontaire et dimension interculturelle, les Ceméa développent dans leur réseau depuis plus d’une dizaine d’années, la formation franco-allemande BAFA-Juleica. Cette formation, composée de trois stages (une formation de base en France, un stage pratique dans un accueil collectif de mineurs, et une session d’approfondissement en Allemagne) permet l’obtention d’une double qualification: le BAFA français et la Jugendleiterlnnen-Card allemande.

2. Mobilité dans tous les parcours éducatifs

Des stages professionnels à l’étranger

Les Ceméa ont fait le pari depuis 2004 d’inscrire une mobilité européenne dans leurs formations professionnelles continues et initiales. Ainsi en 2019, 627 stagiaires sont partis dans le cadre de leur formation ou en post-formation.

Ces stages se déroulent dans des structures européennes socio-éducatives liées à des collectivités ou des organisations non gouvernementales. Ils enrichissent la vision de l’animation socio-culturelle des stagiaires et inscrivent la formation dans la dimension européenne de l’éducation non formelle ou du travail social. Ils permettent également de mieux connaître la situation du travail sur les questions de jeunesse en Europe, mais aussi les conditions de vie des jeunes dans les différents pays.

Ces stages permettent de faire un pas de côté et de se décentrer du quotidien. Ainsi, ils sont un atout pour le transfert de méthodes et de pratiques professionnelles, pour la réflexion sur sa propre posture et le développement de nouvelles compétences techniques et sociales, notamment interculturelles. Ces compétences sont inscrites dans les référentiels de formation et sont certifiées.

  • La mobilité scolaire : un partenariat durable avec l’agence Erasmus+

Depuis 2010, les CEMÉA assurent la mise en œuvre de sessions de préparation au départ en mobilité individuelle de longue durée pour des élèves âgés de 14 à 17 ans, dans le cadre d’une convention avec l’Agence nationale Erasmus+ Education Formation.

En 2019, les CEMÉA ont réaffirmé leur engagement avec l’agence Erasmus+ Education Formation, dans la menée de ces sessions de préparation au départ. Leur objectif : permettre au plus grand nombre d’élèves d’aborder dans les meilleures conditions, cette expérience plus qu’enrichissante qu’ils vont vivre, et ce en les accompagnant dans ses différentes phases.

Ce temps précieux d’avant départ est l’occasion de mettre en perspective leur mobilité à venir, d’appréhender leurs craintes, leurs attentes, verbaliser leurs questionnements, et réfléchir à la dimension interculturelle de leur immersion dans un pays qui n’est pas le leur.

3. La formation des acteurs éducatifs

  • Des modules de formation professionnelle franco-allemands

La formation des animateurs.trices et personnels éducatifs trouve une résonance particulière dans la dimension franco-allemande. Les Associations territoriales des Ceméa élaborent conjointement avec leurs partenaires allemands des rencontres de professionnels et des modules de formation binationaux ou trinationaux, réunissant stagiaires en formation à l’animation professionnelle, moniteurs-éducateurs, étudiants du travail social, ou encore sociaux-pédagogues

La mobilité des personnels au service de la qualité du projet

Les Ceméa développent deux types de programme de mobilité des personnels :

A. Un programme de soutien à la mise en place de la mobilité des apprenants, coordonné par les Ceméa Rhône Alpes : 248 formateurs et formatrices des Ceméa ont effectué des visites d’étude chez 17 partenaires en Allemagne, Belgique, Espagne, Grèce, Italie, Portugal et Royaume Uni.

B. Un programme national de formation de développement de l’activité

Coordonné nationalement, afin de travailler la montée en compétences des salarié.e.s et des bénévoles .Ceci s’est traduit en 2019 par l’envoi de 81 personnels des Ceméa chez 12 partenaires des Ceméa en Allemagne, Belgique, Espagne, Irlande, Italie, Finlande, et Portugal. Les thématiques de travail ont été diverses : capacités d’agir des jeunes (décrochage scolaire, éducation aux médias) ; accompagnement des publics en grande vulnérabilité (jeunes migrant.e.s, jeunes en situation d’exclusion ou en risque d’exclusion, femmes victimes de violence, jeunes porteurs de handicap). Un travail spécifique est engagé sur l’accueil des publics en grande vulné- rabilité.

Ces visites d’études permettent à la fois d’avoir une meilleure connaissance et compréhension des publics, et de développer de nouveaux modes d’intervention auprès des personnes. Le travail avec de nouveaux partenaires visent à enrichir le réseau de partenaires des Ceméa pour acquérir de nouvelles pratiques, mais aussi rencontrer des organisations pour renforcer la dimension d’accueil sur la période concernée (2019-2021).

%d blogueurs aiment cette page :